Comment louper la mise en place d’un dispositif de réveil musculaire à la prise de poste à coups sûrs ?

activités physiques préventives

Je vous donne aujourd’hui trois points très simples à mettre en place pour être sûr de bien rater la mise en place d’un dispositif de réveil musculaire à la prise de poste.

Depuis plus de 10 ans, ce sujet me passionne. Et j’ai pu tester et observer mes stagiaires et les actions de mes consœurs et confrères sur le sujet pour vous donner quelques clés d’échecs à coups sûrs.

Je prends le sujet à la dérision mais avant d’aller plus loin, sachez qu’un faux départ en la matière est très complexe à rattraper.

Point 1 : Ne pas informer tout le monde au sein de l’établissement

En général, les salariés et la direction sont ok sur le principe. La direction paye, donc elle est bien consciente de ce qui est en train de se mettre en place et les salariés sont les principaux concernés.

Euhhh… on n’oublierait pas un maillon ? L’encadrement (chef d’équipe, manager…) découvre souvent cette nouveauté sur le tard, lorsque le dispositif est en phase de lancement.

Quel serait votre réaction dans ce cas ? Souvent, la réaction est émotionnelle et elle se traduit par un grand coup de frein !

La direction a validé cette nouveauté donc l’encadrant ne va pas ouvertement tout arrêter. Par contre, il pourra être dissuasif envers ces équipes : « Je vous préviens, il va falloir rattraper les cinq minutes perdues et j’y veillerai de près ». Cette phrase, je ne l’invente pas. Et répétée tous les matins, elle risque d’avoir son petit effet pour dégrader l’ambiance.

Conseil : Prévoir un temps de sensibilisation et d’échanges avec l’ensemble des acteurs et le professionnel accompagnant la démarche pour bien expliquer les tenants, les aboutissants et la méthode utilisée pour pérenniser ce dispositif.

Point 2 : Former des salariés pour qu’ils deviennent animateurs et leur souhaiter bon courage !

Les salariés qui vont être formés pour devenir animateurs de ces réveils musculaires sont les moteurs du dispositif. Ils doivent être volontaires et motivés pour prendre l’animation face à leurs collègues.

Après leur formation, ces personnes restent des grands débutants. Et à ce titre, ils ont besoin d’être accompagnés, rassurés, écoutés.

En les laissant se débrouiller seuls, ils risquent de proposer chaque jour les mêmes exercices et leurs séquences vont devenir monotones et les collègues leur feront sentir.

Conseils :

  • La formation de ces animateurs doit être basée sur l’axe pédagogique. Comment se positionner par rapport au groupe ? Quelle attitude ? Comment générer de la motivation ? Comment adapter mes exercices avec le collègue qui a mal à l’épaule ? Comment canaliser les perturbateurs ? etc…. Durant cette formation, ils doivent pratiquer et se mettre en situation d’animation. Les formateurs avec un bagage d’éducateurs sportifs et avec du vécu en entreprise vont ainsi leur donner des clés et des astuces précieuses. Les situations complexes que vont vivre les animateurs débutants, ils les ont déjà vécus.
  • Une formation ne suffit pas : Un accompagnement individualisé et personnalisé est indispensable. Qu’il soit en présentiel ou à distance, l’animateur doit à tout moment pouvoir contacter le formateur, lui poser des questions… Et le formateur doit s’assurer que tout se passe bien, en demandant des retours d’expérience réguliers.

Point 3 : Imposer le réveil musculaire à tous les salariés

Et oui, on vient de former un animateur, autant le rentabiliser de suite !

L’animateur, tout volontaire et motivé qu’il soit, reste, à la sortie de sa formation, un animateur débutant. Et un débutant qui va se retrouver devant ses collègues à qui on a imposé cette nouveauté, risque de déchanter très rapidement.

Très déstabilisant d’animer une séquence de ce type avec des personnes qui font la tronche et qui critiquent…

Imaginez qu’en plus, le chef d’équipe mettent la pression (voir le point 1)… Nous avons la totale !

Conseil : Donnez trois mois à l’animateur débutant pour qu’il se fasse la main avec des collègues motivés et qui ont envie de profiter de ces réveils musculaires. Dans trois mois, il sera rôdé et aura la capacité à absorber les réticents. Il saura surtout comment éviter de focaliser sur ces comportements.

Vous avez un projet de mise en place de réveil musculaire à la prise de poste et quelques questions en suspens ?

Je dois pouvoir cous conseiller, n’hésitez pas à me consulter.

+ Contactez-nous +

Mon Entreprise Bouge !

+ Nos formations +

vulputate, porta. diam accumsan vel, tempus Aliquam risus. dolor